RÉSEAU D’ANNIE RH FAIT UN APPEL AUX DONS

Logo Réseau d'Annie RH

Mythes et réalités autour de la pénurie de main d'oeuvre

Mythes et réalités sur la pénurie de main d'oeuvre

Vous êtes gestionnaire, vous prenez des décisions d’affaires basées sur ce qu’on entend sur la pénurie de main d’œuvre. Peut-être êtes-vous employé, vous pensez à quitter votre emploi ? Ce balado traite des mythes et réalités de la pénurie de main d’oeuvre

 

Les employés rois

 

Lorsque nous analysons les données, ce sont d’abord les employés professionnels et les techniciens qui sont ces employés les plus convoités par les employeurs.

Par ailleurs, les métiers qui requièrent une diplomation universitaire font partie de ces postes convoités. En effet, il n’est pas facile présentement de recruter des professeurs, des informaticiens, des comptables, des recruteurs. C’est la même chose pour tous les domaines d’activités universitaires.  
 

La pénurie de main d'oeuvre en chiffres

 

Nous pouvons constater que lorsqu’on regarde le bilan de l’Institut du Québec de la dernière année, nous avons en moyenne 3 fois plus de postes vacants qui ne requièrent aucune diplomation que d’employés disponibles à l’emploi qui ont ce profil. À l’inverse, nous avons plus de 15 % de candidats ayant un diplôme universitaire qui a de postes vacants au Québec, qui requièrent ce niveau de diplomation.

Il y a aussi la disparité géographique qui amène son lot de nuances. Pensons au centre du Québec qui navigue avec des taux de chômage sous le 3 % souvent entre 2,5 et 3 %.

La ville de Québec, sous le 3 % par rapport à d’autres régions dans notre province. 

Montréal affiche un taux de chômage autour de 5 % et Lanaudière autour de 5,9 %.

Le creux de la vague en matière de pénurie de main d’œuvre est prévu en 2030 après quoi les choses évolueront. 

Il y a aussi l’arrivée de l’intelligence artificielle. Si on se réfère au Forum économique mondial, nos environnements de travail vont être bouleversés au cours des 5 prochaines années et les employés qui auront de l’aisance, la facilité de la littératie informatique deviendront nos employés rois.  

 

Avantage aux employés sans diplomation

 

Présentement, c’est à l’avantage des employés sans diplomation, mais ça veut pas dire que cela va perdurer dans le temps.

Pourquoi parle-t-on autant de la pénurie de main d’œuvre? Parce que lorsqu’on regarde les chiffres, je me réfère ici à des chiffres américains. C’est entre 40 et 45 % de la population d’employés qui fait partie de ces employés rois. 

Pourtant, on a l’impression que la pénurie de main-d’œuvre, c’est partout. Les employés qui font partie de ces employés rois sont cruciaux dans les chaînes de production des entreprises et souvent responsables du service à la clientèle.  

Sans eux, nos valises sont pas embarquées dans les avions, nos assiettes sont pas livrées à notre table, nos colis ne se rendent pas sur nos paillassons, ils viennent bouleverser la qualité du service à la clientèle offert par les entreprises. 

On en parle et manifestement on en parle beaucoup dans les médias. Mais gardons en tête moins d’un employé sur 2 qui fait partie de cette population.  

 

La pénurie de main d'oeuvre en chiffres

 

Présentement au Québec, nous avons environ un peu plus de 250 000 de postes à pourvoir. Il est d’anticiper qu’en 2030 nous ayons 1 000 000 de postes vacants. Donc on n’est pas à dire ici que la pénurie de main d’œuvre n’est pas réelle ou qu’elle ne s’intensifiera pas. Notre point, c’est qu’elle n’est pas uniforme pour tout le monde. Aux gestionnaires qui prennent des décisions d’affaires, c’est intéressant de se demander quelle est la réelle accessibilité à des talents en fonction des différents postes et des différentes situations aux employés qui songent à quitter leur emploi en fonction de votre profil.  
 

Pas si facile de retrouver un emploi ?

 

Intéressant peut-être de trouver un emploi avant de démissionner? Ne pas croire que tout ça prend une fin de semaine. Il faut aussi anticiper qu’il y aura du temps entre le moment où on va initier des démarches, puis qu’on trouvera un nouveau boulot, même en pénurie de main-d’oeuvre. Ça peut prendre plusieurs semaines, voire plus d’un mois.  

Souvent certaines personnes disent : “J’ai déposé ma candidature à plusieurs endroits, j’ai pas eu de nouvelles, je vois même des gens se remettre en question parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec ma candidature”. 

Mais la réponse est non, c’est normal, c’est une espèce de conception qu’on a de la facilité à trouver un emploi pour tout le monde, nourri par des connaissances très générales de la pénurie de main d’œuvre. Mais dans les faits, pour certains profils d’employés et certaines régions administratives, il est normal de vivre une telle situation.  

Informations complémentaires :